Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2015

Le "n'importe quoi" est toujours d'actualité en matière de formation des salariés.

Le Cercle des Echos, auquel nous adhérons, a transmis ce très intéressant article de M. Cozin.

Les pouvoirs publics, après avoir inventé un improbable et inutilisable Compte Personnel de Formation, récidivent avec l'annonce d'un nouveau système d'information, le Compte Personnel d'Activité. Aussitôt né aussitôt démodé le CPF (qui n'est que 3 mois) est en sursis et les dispositifs inutiles semblent devoir être multiplié au risque de paralyser la formation professionnelle.

Trois petits mois et le CPF s'éloigne déjà

Le CPF aura donc fait illusion durant trois petits mois, le temps d'annuler les Droits à la Formation (DIF) des salariés du privé tout en enlisant (pour des années peut-être) la formation professionnelle dans la complexité, la perplexité et la défiance.

Le "pilier" de la réforme de 2014 (dixit Michel Sapin), celui qui devait tout à la fois permettre de former les chômeurs et de relancer la formation des jeunes et des moins qualifiés était un coup de bluff, l’avant-dernière cartouche de pouvoirs publics qui ont perdu tout sens de la mesure, du possible et de la pertinence sociale.

Le CPF et la réforme, de la petite monnaie qui aura juste servi lors des marchandages sociaux du début 2013 

Les pouvoirs publics ressemblent à un commerçant qui, ne parvenant plus à vendre ses produits, multiplie les promotions et les opérations spéciales pour attirer un chaland devenu inquiet ou dubitatif.

La formation ne marche pas alors, créons de nouveaux droits. Cela ne marche toujours pas alors, inventons encore d'autres dispositifs plus miraculeux que ce compte formation de 2013. La surenchère est évidente, mais la machine règlementaire est devenue folle, le social est un produit d'appel dévalué, mais le seul qui resterait en stock.

Le CPF, un fiasco en solitaire

L’État a donc tout fait seul : lancer les discussions, mettre en place d’innombrables commissions, piloter un invraisemblable et improvisé système d'informations, communiquer sur les bienfaits de services fantômes (le CPF, mais aussi le Conseil en Évolution Professionnelle).

Ne doutant plus de rien, ils s’apprêtent à torpiller leur nouveau système pour inventer encore mieux, encore plus social, encore plus sécurisant, un Compte Personnel d'Activité (CPA). Comme le faisait remarquer en début d'année le responsable formation d'une grande usine, "avec cette réforme tout salarié est désormais considéré comme un chômeur en puissance".

Cette réforme intégralement "faite maison" est déjà un échec qui bloque et annihile tout effort formation pour les entreprises comme pour les salariés, mais en haut lieu on a décidé d'aller plus loin encore, de creuser ce sillon stérile des règlementations inutiles au travail et aux travailleurs.

On ne change pas une société par décret

En 1979, le sociologue Michel Crozier (disparu en 2013) avait publié un petit ouvrage dont les pouvoirs publics feraient bien de s’inspirer : "on ne change pas une société par décret". Depuis les années 2000, avec la généralisation de l'informatique, la complexité et la diversité des besoins éducatifs, la globalisation du travail et l’accélération des changements technologiques, l’État aurait été bien inspiré de réfléchir à ce qu’il pouvait encore entreprendre sérieusement pour servir le travail, accompagner les salariés et les entreprises.

La confiance précède toujours la formation

La longue litanie des systèmes d’informations ratés et des capilotades de l’État depuis 20 ans auraient dû alerter, il n'en est rien, l'écosystème de la formation tourne à vide, mais à plein régime et même si plus grand monde ne prend au sérieux les mots alignés dans les textes de loi ou les décrets il ne faut surtout pas s'arrêter puis réfléchir.

Le modèle social dominant en France est désormais celui de la défiance, des faux-semblants et de l’incompréhension envers un État qui légifère à tout va sans plus écouter ou comprendre.

Les acteurs économiques contournent donc la loi (pas vu pas pris) ou attendent patiemment la prochaine règlementation pour ne rien entreprendre (comme à l'armée, avant d’obéir aux ordres on attend le contre-ordre).


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-131705-des-comptes-formation-comme-sil-en-pleuvait-1-le-cpf-un-compte-pour-rien-1110757.php?CziEbev1KzBhRSzc.99

03/05/2015

Contre la réforme technocratique de la formation professionnelle.

Comme d'habitude, ceux qui n'ont jamais mis les pieds dans une entreprise font des lois qui ne sont pas celles qu'il faudrait faire : signons la pétition initiée par les "hiboux" (mouvement contestataire relatif à la réforme de la formation professionnelle) contre le CPF : https://www.change.org/p/mr-rebsamen-ministre-du-travail-...

28/04/2015

Les vrais chiffres du chômage en France

la vision que nous avons du chômage en France est parfaitement tronquée par la présentation qui est souvent faite des statistiques.

On nous annonce souvent le seul chiffre correspondant aux personnes qui n'ont même pas travaillé une heure dans le mois. peut-on sérieusement se contenter de cela. Est-ce que celui qui a travaillé une heure seulement comme salarié n'est pas un chômeur?

On nous annonce souvent le seul chiffre du chômage en métropole. Pourquoi? Les Français des territoires et départements d'outre-mer ne sont-ils pas français?

On nous annonce souvent un pourcentage de chômeurs par rapport à l'ensemble de la population active, fonctionnaires compris. Or cette dernière catégorie ne peut être concernée par le chômage.

Les vrais chiffres au 1er mai 2015, jour de la fête du travail, sont :

- population active en France : 26 500 000 personnes

- fonctionnaires (des trois statuts) : 5 600 000 personnes

- population active moins les fonctionnaires : 20 900 000 personnes

- nombre de chômeurs (toutes catégories et toutes régions de France) : 5 600 000 personnes

Les chômeurs représentent donc 5,6/20,9= 27 % de la population active non fonctionnaire !

20/04/2015

Les méfaits de la Loi sur la formation professionnelle de mars 2015

On trouvera ci-dessous un très intéressant article du site "Compte Personnel de Formation".

Devant l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis) ce 16 avril 2015, le président de la CGPME s’est dit « extrêmement inquiet » des méfaits de la loi sur la formation professionnelle de mars 2014, qui met en danger, selon lui, les plans de formation des entreprises.

Les entreprises nous disent: « C’est une catastrophe, nous allons former moins, ça va nous coûter plus cher et les plans de formation sont en train d’être abandonnés dans les petites et moyennes entreprises' ».

Il a regretté qu’il n’y ait, selon lui, « plus de fonds mutualisé » pour cofinancer les plans de formation des PME. Ce qui pousserait les chefs d’entreprises à faire le « choix radical » de ne « plus former ».

Or, « la formation continue, c’est la pérennité de nos entreprises », a-t-il prévenu: « Si demain nous ne formons plus nos salariés, nous allons à terme avoir une baisse de compétences. C’est extrêmement préoccupant ! »

Trop d’obligations

2013_Planete_PME_CGPME_Francois_Asselin

François Asselin, Président de la CGPME

« Vous avez en face de vous un hors-la-loi », a aussi lancé François Asselin. « Dans certains secteurs d’activité – et il y en a beaucoup -, vous avez aujourd’hui tellement de formations obligatoires, tellement d’obligations en termes de sécurité au travail, en termes de prévention, que vous êtes désarmés pour être dans les clous. Dans la branche bâtiment, vous avez 69 obligations diverses et variées », a poursuivi l’entrepreneur qui dirige une entreprise de charpente, menuiserie, ébénisterie, ferronnerie d’art.

« Dans ma propre entreprise, si je voulais rendre quelqu’un employable, il faudrait grosso modo que je lui fasse d’abord faire 20 jours de formation pour qu’il ait tous les ‘diplômes’ liés à la prévention et à la sécurité », a-t-il ajouté, citant « la formation ‘hauteur’, la ‘formation montage d’échafaudage’, qui n’est pas la même si c’est un échafaudage roulant ou un échafaudage statique, le travail en milieu empoussiéré, l’habilitation électrique… »

François Asselin assure toutefois ne pas vouloir « abandonner la prévention », mais « la rendre plus efficace ». Il propose de créer dans chaque branche une « formation sécurité » qui « regrouperait, par exemple sur 15 jours, tous les risques que vous pouvez rencontrer ». Une formation qui serait « qualifiante » et « éligible au compte personnel de formation » (CPF).

Inquiétude sur le financement

Par ailleurs, le président de la CGPME s’est aussi dit « extrêmement inquiet » des méfaits de la loi sur la formation professionnelle de mars 2014, qui met en danger, selon lui, les plans de formation des entreprises.

09/03/2015

La carrière des indépendants en cause

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rsi