Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2016

Une baisse du chômage ?

En avril, le nombre de demandeurs d’emploi sans aucune activité (catégorie A) a baissé de 19 900 (-0,6 %) en métropole.
Cette tendance doit toutefois être relativisée car le nombre de demandeurs d’emploi qui n’ont pas mis à jour leur dossier, « a enregistré une hausse inhabituellement forte », le mois dernier, comme le souligne la DARES (la direction chargée des études au ministère du travail).
Et, comme d'habitude, on considère que nos compatriotes des territoires et départements d'Outre-Mer ne font pas partie de l'ensemble statistique. Cela se comprend puisque dans ces régions le chômage ne baisse pas...

27/04/2016

L'achiffrisme des Français est source de confusion : à propos des chiffres du chômage

L'achiffrisme est le pendant de l'illétrisme : l'incapacité à lire et donc à comprendre les chiffres...

Nouvel exemple ce mois-ci avec la publication par POLE EMPLOI du chiffre des inscriptions (et non du chiffre du chômage comme les médias aiment à le dire).

On apprend donc que le chômage aurait baissé de 1,7 % en un mois puisque le nombre de demandeurs d'emploi inscrit en catégorie A (demandeurs d'emplois sans aucun emploi tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi) a reculé de 60 000. Que cache ce chiffre?

Qu'en réalité le nombre de chômeurs a augmenté une nouvelle fois.

- parce que ce chiffre ne concerne pas ceux qui ont travaillé même une seule heure dans le mois (les catégories B et C : les demandeurs d'emplois tenus de faire des actes positifs de recherche d'emploi mais ayant exercé une activité réduite). Or le nombre de ces chômeurs a, au contraire, augmenté en mars !

- parce que ce chiffre ne concerne pas ceux qui sont dispensés de rechercher un emploi ( les catégories D et E qui sont dispensés de rechercher un emploi parce qu'ils sont en stage, en formation, en maladie, bénéficiaires de contrats aidés, etc). Or le nombre de ces chômeurs a augmenté en mars !

- parce que ce chiffre ne concerne pas nos compatriotes d'outre-mer dont le nombre de chômeurs continue de croître. Pourtant, l'outre-mer recensait en mars 2016 quelque 259.000 demandeurs d'emploi en catégorie A et pas moins de 335.000 demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi, dans l'ensemble des catégories !

- parce que ce chiffre ne tient pas compte des cessations d'inscription par radiation si POLE EMPLOI estime que vous avez fait insuffisamment de recherches de travail, parce que vous avez refusé de suivre une formation ou d'accepter un contrat-poubelle (+ 11 %)  et par défaut d'actualisation (+ 3%)

- parce que ce chiffre ne tient pas compte des personnes qui ne travaillent pas, souhaiteraient travailler, mais ne sont pas disponibles immédiatement ou ne recherchent pas d'emploi car elles se sont découragées. Ces personnes ne sont pas comptabilisées dans le taux de chômage au sens du BIT. L'Insee recense donc, à part, les personnes qui composent ce halo. En 2015, l'Insee a évalué le nombre de ces chômeurs découragés ou indisponibles à 2,86 millions.

12/04/2016

UN PROBLEME ? UNE TAXE...

Les entreprises n'embauchent pas parce que les contraintes et les charges qui pèsent sur elles les en dissuadent.

Les bons esprits disent : "pas du tout, c'est parce que les carnets sont vides que les entreprises n'embauchent pas".

Il faudrait peut-être que ces bons esprits poursuivent leur "raisonnement" et se disent que si les carnets de commande sont vides c'est parce qu'on n'a pas embauché de commerciaux et de chercheurs par exemple.

Et que si on n'a pas embauché c'est parce que les contraintes et les charges sont trop lourdes.

CQFD.

C'était le constat de la pauvre LOI TRAVAIL de Mme EL KHOMRY.

Et pourtant voici un Premier Ministre qui détruit ce qui reste du principe de cette loi en annonçant une taxation accrue des CDD !

Encore une mesure électoraliste qui va satisfaire à la veille d'élections fondamentales les dinosaures du monde politique mais qui va éloigner encore un peu plus les Français, et notamment les jeunes, du monde du travail...

25/03/2016

Ca alors ! Le chômage continue d'augmenter en France...

Quelle surprise ! Malgré tous les efforts du gouvernement et cette fabuleuse loi EL KHOMRI qui, même dans sa version initiale était très insuffisante, le chômage augmente.

Malgré aussi tous les efforts de beaucoup de médias et de politiques pour camoufler les vrais chiffres (l'Outre-Mer est oubliée ainsi que les catégories non A ainsi que les radiations causées par le découragement), le chômage continue  de battre tous les records.

Malgré les économistes de gauche et parfois de droite qui affirment que c'est une fatalité et que le chômage persistera tant que les entreprises n'auront pas plus de croissance et que les bons de commande ne seront pas plus nombreux. Oubliant sans doute que pour que les bons de commande soient plus nombreux, il faut plus de salariés (commerciaux, ingénieurs de recherche-développement, etc) et que pour avoir plus de salariés, il faut supprimer les freins au licenciement et alléger les lourdeurs du Code du travail...

Osons le dire : la vraie protection du salarié, c'est de pouvoir être licencié facilement.

Car dans un marché du travail ouvert, plus fluide, les entreprises pourront plus facilement oser prendre le risque d'embaucher une personne trop jeune ou trop vieille, sans expérience ou sans formation adaptée. Et un salarié en poste pourra plus facilement quitter son emploi pour un emploi mieux payé, plus proche, plus intéressant, laissant ainsi la place à un chômeur...

Et pendant ce temps, le nombre de salariés de la fonction publique continue d'augmenter !

Au 31 décembre 2014, on recensait en France 5,6 millions de salariés travaillant dans l'une des trois fonctions publiques, dont 2,47 millions dans la fonction publique d'Etat, 1,98 million dans la fonction publique territoriale et 1,18 million dans la fonction publique hospitalière.

M. Hollande l'avait promis : "le nombre total de fonctionnaires n'augmentera pas". Et pourtant, depuis le début de son quinquennat, l'augmentation est de 1,2 % en équivalents temps plein !

 

 

 

17/03/2016

Les "jeunes " dans la rue...

manif.jpg

La désinformation continue de plus belle. Dès que 5 000 étudiants manifestent (sur des millions) ou quand 200 établissements (sur des milliers) sont bloqués (par la force la plupart du temps), la presse titre : "les jeunes dans la rue !".

Cette loi EL KHOMRI était pourtant, même dans sa version initiale, un ersatz de solution au problème du chômage des jeunes, mais elle allait dans le bon sens. Qui donc expliquera à ces quelques jeunes très minoritaires qu'en manifestant ainsi ils font tout pour rester englués dans le chômage, comme le souhaite si ardemment les syndicats qui préservent ceux qui ont un poste au détriment de ceux qui aimeraient en avoir un.

L'immobilisme est néfaste à la fois pour les chômeurs  car la peur de licencier empêche les patrons de recruter des profils atypiques : des jeunes sans expérience, des salariés désorientés et des "vieux"...

L'immobilisme est néfaste aussi pour ceux qui travaillent car la rigidité actuelle du code du travail empêche les salariés en poste de prendre des risques et de progresser dans leur carrière.