Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2015

Pour une gestion plus démocratique des retraites des salariés du privé

Les régimes de retraite des salariés du secteur privé gèrent les revenus de 14 millions de retraités et prélèvent 147 milliards d’euros de cotisations obligatoires sur 18 millions de salariés. 

Est-il normal que les administrateurs qui siègent dans leurs Conseils d’administration soient désignés et renouvelés sans élections
, et sans que les affiliés de ces régimes, retraités et cotisants, aient leur mot à dire ?

Non, bien sûr ! Et il n’est pas plus normal que certains de ces administrateurs ne soient même pas affiliés eux-mêmes à ces régimes du privé. C’est pourtant le cas. 

Il en est ainsi du propre président de la CNAV, Gérard Rivière, syndicaliste FO, qui a accompli toute sa carrière à la Poste, ou encore de Guy Charré, également syndicaliste FO, qui siège au Conseil d’administration de la CNAV et préside la Carsat Centre-Ouest, alors qu’il est agent hospitalier à l’hôpital public de Montmorillon. Et il en va de même au sein des régimes de retraite complémentaires des salariés du privé, l’AGIRC et l’ARRCO : ainsi, Eric Pérès, Secrétaire général de FO-Cadres, figure au conseil d’administration de l’AGIRC, mais a fait carrière à la préfecture des Hauts-de-Seine, à l’Education nationale et à la RATP.

Plus généralement, les membres des conseils d’administration des caisses de retraite du privé, même quand ils ont fait carrière dans le secteur privé, y sont nommés par des syndicats contrôlés par le secteur public, d’où vient la majorité de leurs adhérents. Ils défendent donc prioritairement les régimes spéciaux, en sacrifiant, si nécessaire, les intérêts des régimes du privé. 

C’est ce qui explique que ces derniers fassent les frais de toutes les réformes, tandis que les régimes spéciaux sont la plupart du temps épargnés (et lorsque d’aventure, leurs privilèges devenant trop voyants, ils font l’objet d’une mesure dite d’« alignement », ladite mesure est « compensée » par l’octroi d’autres avantages).

C’est pourquoi Sauvegarde Retraites combat pour la restauration de la démocratie sociale, en coopération avec de nombreux parlementaires. Avec l’appui actif de notre association, deux propositions de loi ont été déposées, l’une à l’Assemblée nationale et l’autre au Sénat, afin d’exiger :

  • que les administrateurs qui siègent aux Conseils d’administration des régimes de retraites des salariés du privé soient élus par les affiliés à ces régimes et non plus désignés par les syndicats, eux-mêmes contrôlés par les défenseurs des régimes spéciaux du secteur public ;
  • et qu’en outre, ces administrateurs soient eux-mêmes obligatoirement affiliés au régime qu’ils sont chargés d’administrer.

Mais il faut que ces propositions de loi soient votées le plus vite possible. C’est pourquoi Sauvegarde Retraites vous appelle à signer la pétition ci-jointe, adressée au Président de la République, François Hollande, pour restaurer la démocratie dans les régimes de retraites du secteur privé.

Pétition au Président de la République, M. François Hollande, pour une réforme démocratique de la gestion des régimes de retraite du privé

Sauvegarde retraites.jpg

27/11/2015

5 435 800 chômeurs en France en octobre 2015 !

La révélation ce jour du taux de chômage pour octobre prouve une fois encore (cf notre article du 27 octobre) qu'il était vain de se réjouir d'une soit-disant baisse du chômage en France.

Le chômage n'avait pas reculé en septembre !

Et il continue son augmentation en octobre. Encore une promesse de nos gouvernants non tenue. On notera cette fine remarque de notre invraisemblable ministre du travail, Mme EL KHOMRI : "ces chiffres ne sont pas satisfaisants"

Au total, fin octobre 2015, le nombre de demandeurs d'emploi de catégories A, B, C s'établit à 5 435 800 en métropole (5 740 600 Dom compris). Soit UN QUART DE LA POPULATION ACTIVE NON FONCTIONNAIRE !

Et on sait ce qu'il faudrait faire pour que nos compatriotes retrouvent du travail...

 

 

05/11/2015

Comment gérer sereinement sa carrière en France avec un tel niveau d'incompétence

Myriam_El_Khomri_par_Claude_Truong-Ngoc_septembre_2014[1].jpgIl ne s'agit pas de l'incompétence des salariés mais de celle de la Ministre du travail qui, interviewée sur RMC, s'est révélée incapable de répondre à une question pourtant très basique : "combien de fois peut-on renouveler un CDD ?" La réponse a été : "je ne pourrais pas vous le dire". Un aveu d'ignorance assez incroyable alors que la ministre a présenté hier les premières pistes de réforme du Code du Travail.

Faut-il s'étonner de l'incompétence de Madame Myriam EL KHOMRI, notre actuelle Ministre du Travail ? Non car en fait, comme tous les Ministres de ce gouvernement, mais aussi des gouvernements précédents, à une exception près, elle n'a jamais mis les pieds dans une entreprise avant d'être bombardée Ministre...

C'est un exemple désespérant et qui constitue une des explications du ras-le-bol des Français devant leurs élus et gouvernants.

27/10/2015

Encore une fois, on dit beaucoup de bétises sur l'évolution du nombre de chômeurs en France

Mardi 27 octobre 2015 : la très grande majorité des médias se réjouissent du "dernier chiffre du chômage" à l'unisson avec la Ministre du travail, Madame Myriam EL KHOMRI.

Qu'en est-il exactement?

Le nombre des demandeurs d'emploi de catégorie A (ceux qui sont totalement au chômage et qui sont tenus "de faire des actes positifs de recherche d 'emploi") a légèrement baissé (23 800 en moins sur un mois sur un total de 3 547 800 chômeurs de cette catégorie).

Mais ce qui n'est pas dit, c'est que le nombre total des chômeurs a encore augmenté : si on se penche sur l'ensemble des catégories  A,B,C, c'est à dire en incluant ceux qui ont travaillé au moins une heure dans le mois, on se trouve en fait face à une nouvelle augmentation de 1 800 personnes.

Et on ne parle pas des radiations des listes de POLE EMPLOI qui ont augmenté de 25 % par rapport à Août.

Et enfin, "on" se garde bien de préciser qu'il ne s'agit que des chiffres de la France métropolitaine...

"On" insiste sur le fait que le nombre des jeunes chômeurs de moins de 25 ans a baissé de 2,6 % sur un an mais "on" oublie de préciser que celui des vieux chômeurs de plus de 50 ans a augmenté de 10,5 % sur un an.

Pourquoi ces approximations?

07/08/2015

L'encadrement des loyers à Paris et l'emploi

Depuis le 1er août 2015, les loyers parisiens sont encadrés en conformité avec ce que souhaitait l'ex ministre Duflot.

Encore une mesure qui joue contre l'emploi.

Restreindre l'envie d'acheter pour louer n'est pas une bonne façon de mettre des logements à disposition pour faciliter la mobilité professionnelle et donc l'emploi.

Quel propriétaire va désormais être assez fou pour signer un bail dans de telles contraintes?

En effet, non seulement les loyers sont encadrés au niveau qu'ils ont déjà atteint (puisque le barème est le fruit d'un "observatoire") mais encore ils sont en baisse régulière depuis quelques années. Il suffisait de laisser faire le marché. Les propriétaires préférant la plupart du temps conserver des locataires solvables.

Mais encore, la loi prévoit que, pendant toute la durée du bail, le locataire peut remettre sa signature en cause et contester le loyer auquel il a souscrit ! Quel banquier va accorder un crédit à un futur propriétaire qui envisageait de mettre son achat en location si le montant de la location est susceptible d'être remis en cause à tout moment ?

Pourquoi des personnes manifestement incompétentes sont elles habilitées à voter des lois aussi manifestement absurdes ?