Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2016

Les illusions de la formation...

Les partisans de la formation continue, c'est-à-dire la majorité des journalistes et des politiques, continuent de clamer les bienfaits de la formation continue.

Leurs arguments sont les suivants :

- "muscler son employabilité". Mais ils ne donnent jamais aucun exemple d'une formation qui permet de passer d'un métier à un autre ou de franchir une étape dans sa carrière. Parce que ces exemples n'existent pas. Tout ce qu'un employeur verra, c'est la formation de base et l'expérience acquise. La question est donc plutôt de réformer les formations de base. On a l'habitude en France de critiquer le diplôme. S'il est vrai que celui-ci, en soi, n'a pas une grande signification, il reste fondamental car il valide des années passées à se former l'esprit, à apprendre à apprendre, à s'ouvrir intellectuellement. Ce qu'on peut plus difficilement faire quand on est en poste. C'est donc la réforme des études de base (scolaires, secondaires et universitaires) et la réforme de l'orientation qu'il faudrait entreprendre. Quant à l'expérience, c'est à chacun de veiller à ne pas s'enfermer dans un emploi ou une activité qui ne permet pas d'évoluer. C'est à chacun de veiller à son employabilité par sa gestion de carrière, par sa curiosité permanente, par son comportement au sein des entreprises...

- "mettre à jour ses connaissances". Parce que le monde va vite et ce qu'on a appris devient vite dépassé. Ce n'est pas faux, mais cela ne peut se faire qu'à la faveur de petits modules très orientés techniquement de un à deux jours.

- "acquérir un diplôme" au travers d'une démarche de valorisation des acquis de l'expérience (VAE). Qu'on cite un exemple d'employeur qui accorde une valeur technique à ces VAE au moment de l'embauche! La seule chose que l'employeur appréciera, c'est que le salarié s'est absenté de son poste pendant un temps qu'il n'a pas consacré à ses tâches et qu'il risque à l'issue du processus de validation de quitter son entreprise. Sans démissionner bien sûr mais en obtenant une rupture conventionnelle... La promotion de la démarche aboutissant à la VAE, c'est d'ailleurs contradictoire avec la promotion d'une saine gestion des carrières AU SEIN de l'entreprise.

- "se reconvertir". Changer de métier n'est pas possible après une formation, aussi bonne soit-elle. Parce qu'on n'embauchera jamais un salarié non débutant qui n'a pas l'expérience du métier considéré et parce que la période consacrée à la formation, nécessairement longue puisqu'il s'agit d'une formation "lourde" sera une période sans travail qui aura maintenu le salarié loin de l'entreprise, surtout s'il est en recherche d'emploi...

Nouvelle envolée du chômage !

Au mois d’août 2016, le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi en catégorie A a augmenté de 50 200 personnes en France métropolitaine. Cela représente une hausse de 1,4 % par rapport au mois précédent, de quoi largement compenser la baisse spectaculaire de 19 000 personnes inscrites en catégorie A en juillet.

En août, 3,5 millions de personnes étaient donc inscrites dans les registres de l’organisme. En tout, c’est-à-dire en comptant les travailleurs en activité réduite et les chômeurs en formation, le nombre de demandeurs d’emploi en France métropolitaine s’établit à 6,2 millions de personnes pour le mois d’août.

16/07/2016

Les idées du gouvernement sur l'emploi...

France Stratégie est un organisme de réflexion, d’expertise et de concertation placé auprès du Premier ministre.

Voici un extrait de son magazine daté de mai 2016 :

"En dépit des dépenses publiques engagées en faveur de l'emploi depuis trente ans, la France reste marquée par un chômage élevé".

Constat d'une rare clairvoyance et dont la synthèse a du mobiliser de nombreux fonctionnaires...

D'après cet organisme les raisons de cet état de fait ne sont pas à chercher dans la lourdeur et les contraintes du Code du travail ainsi que dans le niveau élevé des charges qui pèsent sur les salaires et qui découragent les employeurs d'employer. Il liste les points qu'il faudrait améliorer :

- une meilleure transparence entre offre et demande d'emplois (à quoi sert donc Pôle Emploi ?)

- une meilleure formation initiale (à quoi sert donc l'Education nationale ?)

- une meilleure formation continue (à quoi sert donc le maquis de la réglementation concernant cette formation continue ?)

- une meilleure adaptation des aides à l'emploi ( à quoi ont donc servi les milliards déjà gaspillés?)

Quand on ne veut rien voir ni rien comprendre...

 

 

07/07/2016

La loi "Travail" : encore une occasion perdue...

Elle est votée cette loi inutile qui a été vidée de tout ce qui pouvait aider les chômeurs à ne plus l'être... Au contraire, elle fait peser sur les entreprises de nouvelles obligations sans fluidifier de quelque manière que ce soit le marché du travail puisqu'elle n'impacte pas les licenciements:

- elle complique la signature des accords d'entreprise : pour être valides, ils devront être signés par des syndicats représentants au moins 50% des voix aux élections professionnelles. Mais 30 % des voix pourront demander un référendum !

- les heures accordés aux délégués syndicaux augmentent de 20 %

- les salariés des entreprises qui ont signé un accord de franchise seront désormais représentés auprès de l'entreprise qui a initié le contrat de franchise

- le compte personnel d'activité est constitué du fameux compte de pénibilité et d'un "compte d'engagement citoyen" qui vont créer de nouvelles charges pour l'entreprise.

Quand nos gouvernants, qui ne connaissent rien à l'entreprise, comprendront-ils que la meilleure sécurité pour les salariés, c'est la flexibilité. LA SÉCURITÉ, C'EST LA FLEXIBILITÉ et non une invraisemblable flexisécurité...

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loi travail

26/05/2016

CA Y EST, LE GOUVERNEMENT VA ENCORE RECULER

Ça y est, le gouvernement va encore détricoter un peu plus cette Loi Travail qui était pourtant bien insuffisante pour faire repartir le travail et la confiance des entrepreneurs dans ce pays.

https://s.yimg.com/ny/api/res/1.2/.GPmwLbpwb.Ot0uBES4rZA--/YXBwaWQ9aGlnaGxhbmRlcjtzbT0xO3c9OTA4O2g9NTE2/http://media.zenfs.com/fr-FR/homerun/article.bfmtv.com/6a73dbf0a722d4281c0555bde2789b32

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : loi travail