Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2018

Le casse organisé de la formation professionnelle

La loi sur "la liberté de choisir son avenir professionnel" a été votée le 1er août dernier et tous les amendements de bon sens votés par le Sénat ont été retoqués par l'Assemblée Nationale. La loi s'appliquera donc à partir du 1er janvier 2019 et le CPF monétisé également à partir de cette date. Sans transition.

Il nous reste à attendre les décrets d'application qui peuvent peut-être encore faire bouger les choses.

Et surtout une mobilisation et enfin une prise de conscience de tous les acteurs concernés contre ce "casse organisé" de la formation professionnelle.

A quoi bon cotiser pour sa retraite?

A quoi bon cotiser pour sa retraite?

Le gouvernement actuel au prétexte totalement fallacieux d'encourager ceux qui travaillent veut encore ponctionner les retraites.

Ce gouvernement "oublie" que les retraités sont d'anciens actifs, qu'ils ont cotisé pour cela et surtout qu'ils contribuent au pouvoir d'achat des actifs de multiples façons : dons, prises en charges diverses, hébergements, héritages, etc...

Le Premier ministre vient de l'annoncer  : les retraites ne seront revalorisées que de 0,3% en 2019 et en 2020, alors que l'inflation pourrait dépasser les 2%. C'est donc de nouvelles baisses qui sont programmées !

Quand on pense que M. Macron s'était engagé sur le niveau des pensions pendant la durée de son quinquennat...

Monsieur Philippe a annoncé en même temps la FIN DE L'INDEXATION, ce qui signifie qu'elles pourront encore baisser en 2021, 22, 23..., autant qu'il plaira...

De toutes les façons possibles, il est logique de s'opposer à cette nouvelle atteinte au pouvoir d'achat des cotisants. Cette nouvelle atteinte vient d'ailleurs s'ajouter à celles de la hausse non compensée de la CSG et au blocage antérieur des retraites.

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraites, macron

13/07/2018

Les nouvelles dispositions sur la formation professionnelle détruisent les bilans de compétences

Combien allez-vous perdre sur votre CPF avec la réforme de la formation professionnelle ?

Dépêchez-vous si vous souhaitez bénéficier de formations avec votre Compte Personnel de Formation. La réforme de Madame Pénicaud transforme début janvier 2019 vos heures actuelles en euros : 14 euros de l'heure ! Si vous avez 150 heures sur votre compte, vous aurez donc 2100 euros pour vous former.

De quoi effectivement "Avoir la liberté de choisir son avenir professionnel" !

Dépêchez-vous également si vous souhaitez demander un Congé Bilan de Compétences : il s'arrête à la fin de l'année ! Comme le CIF (Congé Individuel de Formation) d'ailleurs !

Et si vous comptiez faire un Bilan de Compétences en utilisant votre CPF l'an prochain, il vous faudra un peu de patience. Actuellement avec 24 heures sur votre compte, vous pouvez obtenir sa prise en charge. A partir de l'an prochain, avec les 500 euros par an qui seront crédités sur votre compte, il vous faudra au moins 4 ans avant de pouvoir financer votre bilan.

Ah oui j'oubliais, il n'est pas sûr qu'il existe encore beaucoup de centres de Bilans de Compétences l'an prochain (je parle bien sûr des centres de bilans sérieux dont c'est le métier depuis des années) mais ce n'est pas grave : puisqu'il n'y aura plus d'habilitation (vérification qualité) tout le monde va pouvoir s'improviser centre de Bilans de Compétences !

Je n'arrive toujours pas à voir, malgré mes différentes rencontres avec la Délégation Générale à l'Emploi et avec le Ministère du Travail, où est le bénéfice pour les personnes que nous accompagnons. 

Ah mais si, nous allons tous avoir une belle application dans notre Smartphone pour "acheter de la formation" ! Peu importe que la formation ne soit pas une marchandise et peu importe sans doute qu'on ne sache pas quoi "acheter" car on n'aura pas pu réfléchir à son projet professionnel !

Brigitte BILLAUD

Présidente de l'ASCBC (Association Syndicale des Centres de Bilans de Compétences)

ascbc@orange.fr

 

12/07/2018

Les rémunérations des patrons

Penser sa carrière, c'est aussi envisager de diriger une entreprise. A cet égard, une étude du CERF remet les pendules à l'heure.

Sur 2 300 000 TPE, seulement 175 120 dirigeants sont salariés (soit moins de 8% des patrons en France). Ceux-ci gagnent en moyenne 51 963 € par an.

Mais les autres sont bien moins lotis. Selon l'INSEE, le revenu moyen des entrepreneurs individuels s'élève à 25 900 € par an!

Dans les micro-entreprises le revenu moyen tombe à 22 100 €, soit 6,14 €/heure pour des patrons qui font près de 70 heures par semaine.

Le revenu de ces patrons n'est autre que le bénéfice de l'activité. Avec des montants aussi faibles, comment prétendre augmenter les revenus des salariés par la participation, comme le prévoit M. Macron et comment augmenter le salaire minimum comme le demandent certains politiques de droite comme de gauche?

 

08/07/2018

5 milliards ½ consacrés en pure perte à la formation des demandeurs d'emploi.

Un récent rapport de la Cour des Comptes nous indique que les moyens publics consacrés à la formation des demandeurs d’emploi se sont élevés à 5,6 Md€ en 2016. Dans ce domaine, l’addition par l’État de plans successifs a abouti à une juxtaposition de dispositifs et à une augmentation de moyens sans stratégie globale ni coordination des acteurs. Pour les demandeurs d’emploi, les résultats apparaissent décevants, car la politique de formation privilégie la recherche de résultats à court terme. Une meilleure adaptation et qualité de l’offre de formation, un conseil et un accompagnement personnalisés, notamment dans le cadre du compte personnel de formation, et une meilleure articulation entre acteurs doivent être recherchés au travers d’une action publique au cadre profondément rénové. La Cour formule 14 recommandations en ce sens.

Les nouveautés introduites précipitamment et sans concertation par Emmanuel Macron contribuent à la pagaille ambiante dans le système de la formation continue en France...